Le confort acoustique de l’habitation est un volet très important de la qualité de vie. Il est conditionné par le niveau sonore de l’environnement, et la qualité acoustique de la construction et par la sensibilité personnelle de l’occupant au bruit.

Le niveau sonore ressenti dans l’habitat provient des différentes sources de bruit extérieures : les bruits aériens extérieurs causés par la circulation, les piétons, l’activité, etc. ; les bruits aériens intérieurs causés par les voix, la télévision, la radio… chez les voisins ; les bruits d’impact qui correspondent à des chocs sur les murs ou les planchers ; les bruits d’équipement (machinerie d’ascenseur, robinetteries...). 

La propagation du son est arrêtée selon 2 techniques : l’utilisation d’une paroi ayant une forte masse. C’est le cas par exemple de murs séparatifs entre appartements réalisés en béton. La seconde solution est d’utiliser l’effet masse-ressort-masse (cas des fenêtres à double vitrage dissymétrique ou des cloisons légères sur ossature comportant un isolant acoustique intérieur).

La qualité acoustique de l’habitation tient aux dispositions architecturales (orientation et taille des fenêtres en particulier) et aux matériaux et produits utilisés. Elle est aussi très fortement influencée par la réglementation acoustique en vigueur.