En architecture et construction, la pierre naturelle, appelée autrefois pierre à bâtir, est un matériau de construction constitué de roche d'où elle est extraite. Elle se distingue des produits manufacturés tels les blocs de béton ou les briques d'argile, qui sont appelés pierre artificielle.

Les pierres utilisées en construction doivent avoir une résistance mécanique suffisante, ainsi qu'une durabilité en rapport avec leur prix de mise en œuvre, celui-ci cumulant :

 

  • le coût d'extraction du matériau en carrière ;
  • le coût d'acheminement du matériau (brut ou taillé) jusqu'au lieu de construction ;
  • le coût de préparation du matériau (par exemple, taille des pierres en blocs parallélépipédiques) ;
  • le coût de l'appareillage.

 

Les principales roches utilisées en construction sont le granite, le calcaire, le grès, la pierre meulière, la marne, l'ardoise, le marbre.

 

Une mutation s'est opérée dans la construction lorsqu'on a cessé d'employer la pierre comme matériau statique. Elle coïncide avec l'apparition du béton et plus largement des pierres artificielles (Briques, Blocs, etc.), moins cher à produire, plus faciles à mettre en œuvre. La pierre est utilisée en parement, sciée en dalles parallélépipédiques, d'épaisseur régulière, maçonnée toujours, ou agrafée au moyen de quincailleries et agrafes couteuse.

Le premier choc pétrolier en 1973, accouche dans les climats froids et tempérés, et surtout dans les pays occidentaux, d'un nouveau type de construction faisant un usage intensif de l'isolation thermique. Dans les murs en contact avec les ambiances extérieures, un isolant est placé entre une couche intérieure souvent porteuse et une couche extérieures qui sert de parement. C'est une aberration technologique que ne manquent pas de souligner certains ingénieurs : les deux couches de matériaux subissent des dilatation thermiques différentes, ce qui mène généralement à la fissuration des parois.

De plus : pour les bâtiments isolés qui s'appliquent à perpétuer une esthétique héritée du passé, dans l'utilisation d'une lame de pierre de faible épaisseur placée en parement, les éléments d'ornementation (corniche, bandeaux, pilastres, etc.) augmentent les sources de problèmes, d'étanchéité notamment et le coût du mètre carré de façade. Conséquence: dans certains bâtiments la peau extérieure devient lisse...

Les couches situées au-delà de l'isolant vers l'extérieur deviennent à la limite superflues en terme d'isolation et de stabilité tout du moins. Hormis le cas des enduits qui s'appliquent sur l'isolant, elles démultiplient la fixation et les agrafes.

 

Pour répondre à cette nouvelle gageure de l'isolation, l'industrie fabrique de nouveaux produits: plaques de granit de 15mm d'épaisseur, méthodes constructives d'assemblage avec des parements de 6mm d'épaisseur…

 

Pour en savoir plus, Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_naturelle