Plusieurs techniques de construction utilisant la terre crue comme matériau structurel existent : le pisé, la bauge, l'adobe, la brique de terre compressée. D'autres techniques, utilisant la terre crue comme matériau de remplissage (souvent entre les éléments d'une ossature bois) : le torchis, la terre-paille, la terre-copeaux bois. Il est encore possible d'utiliser la terre crue en tant qu'enduit sur un support, en terre crue ou non.

 Plusieurs mouvements coexistent. D'une part la restauration du patrimoine est l'occasion de reconstruire "à l'ancienne" des bâtiments ou des portions de bâtiment. Des maisons particulières sont aussi construites "à l'ancienne" par/pour des passionnés d'authenticité. La construction terre est une des techniques utilisées par l'auto construction, qui reste très marginale dans les pays riches. L'approche « HQE » (Haute qualité environnementale) qui se développe en architecture depuis les années 1990 peut aussi utiliser la terre crue, pour des raisons écologiques, économiques, éthiques et de confort. Certains se fixent "seulement" l'objectif de bénéficier du confort et des qualités énergétiques d'une maison en terre crue, y compris parfois pour des ouvrages publics. Enfin, des expériences sont tentées d'enrichir le matériau terre crue par des composés non utilisés traditionnellement — le ciment par exemple — ou par des procédés de compression "forte".